Tapis d’Occasion à Vendre… Très Peu Servi…

Il semblerait qu’un habitant de Seattle ait publié une annonce, souhaitant se séparer de son tapis de Yoga contre 1$ symbolique; et ce après une seule et unique utilisation.
Ce tapis collector fut le témoin de l’aventure d’un jour entre son prorpiétaire et un cours de Hot Yoga plutôt exrême. 
Avis aux amateurs!
Voici le texte intégral de la petite annonce du Seattle Craiglist:
Tapis de Yoga à vendre. N’a servi qu’une seule fois. – 1$ (Bellevue)
Tapis de Yoga à vendre, n’ayant servi qu’une seule fois à l’heure du déjeuner en décembre 2009.
La chronologie de son utilisation est la suivante:
11.45 am
Inscription pour un cours de Hot Yoga. Une vague de sagesse me pousse à m’engager pour un forfait de 5 cours et acheter un tapis de Yoga. Je débourse $89,74. De l’argent bien dépensé, me complais-je à penser.
11.55am
Ouverture de la porte de la salle de Yoga. Un flot d’air chaud et sec se déverse sur moi en s’échappant de la pièce. Il flotte une odeur d’haleine, de transpiration et de chaleur. Je choisis un emplacement à l’arrière de la salle, juste à côté d’une jolie blonde. Nous allons sortir ensemble.
11.57am
Je ressens le besoin d’être aussi proche de la nudité que la bienséance l’autorise; ce qui pose un problème en raison de la jolie blonde à ma gauche et de notre future tentative de séduction. Elle ne sera pas enchantée d’apprendre que je dois perdre 10 kilos avant de lui faire ma demande.
11.58am
Je dois me débarrasser de mon t-shirt. Je fais fi de toute prudence et décide de ne compter que sur mon côté spirituel pour surmonter tout problème de surpoids susceptible de poser problème à ma fiancée.
Il faudra faire preuve de beaucoup d’esprit.
11.59am
J’entame la conversation avec ma future femme. Elle fait semblant de m’ignorer mais je sais comment elle est parfois. Je la laisse se concentrer et regarder fixement droit devant en prétendant que je n’existe pas. Comme nous finissons de partager ce moment spécial, je réalise tout à coup qu’une moustache de transpiration s’est formée juste au-dessus de mes lèvres; sûrement à force d’échanger à voix basse.
12.00pm
L’instructeur, une chinoise toute menue et agitée, entre dans la pièce et prend place sur son estrade à l’avant de la salle. Elle me présente à la classe et tout le monde se retourne pour me saluer juste au moment que j’avais choisi pour fermement remettre en place mon pénis et mes testicules compressés sous mon slip de sport.
Ma future épouse reste remarquablement impassible.
12.02pm
Etant donné ma grande expérience du Hot Yoga ( 4 séances il y a à peine 5 ans), j’envisage sérieusement l’éventualité que je sois si remarquablement doué que mon professeur fasse appel à moi pour me demander de guider la classe. Ma femme me regardera avec une lueur dans les yeux.
Nous ferons sûrement l’amour après le cours.
12.10pm
Il fait 35°C dans la salle à présent. Nous avons pratiqué des exercices de respiration profonde pendant les dernières 8 minutes; ce qui ne poserait aucun problème si nous respirions tous de l’oxygène à proprement parler, si vous voyez ce que je veux dire. Au lieu de çà, nous respirons nos odeurs corporelles mutuelles, le dioxyde de carbone rejeté et autres dont la décence m’interdit de parler (ne vous inquiétez pas j’en parlerai plus loin).
12.26pm
Il fait à présent 38°C et je prends note de l’humidité ambiante qui oscille aux alentours de 90%. Je sens le regard tendre et familier de ma promise et décide de le lui rendre. Elle semble avoir la nausée. Je réalise alors que j’ai oublié de me brosser les dents avant la classe.Un lien se tisse entre nous.
12.33pm
La pièce a atteint les 43°C et 95% d’humidité. Je me tiens désormais en équilibre sur une jambe, l’une entortillée par-dessus l’autre. Mes bras sont entrelacés et je suis accroupi. La dernière fois que je me suis retrouvée dans cette position c’était il y 44 ans et j’étais dans un utérus; mais je tiendrai bon. Ma femme semble quelque peu ravagée, dégoulinant de sueur et son rimmel lui coulant le long des joues.
Soit, « pour le meilleur et pour le pire » est la promesse que nous avons faite, alors nous tiendrons le coup.
12.40pm
L’homme d’origine hispanique installé deux tapis plus loin a de la transpiration qui lui coule le long des jambes. Du moins, je pense qu’il s’agit de transpiration. Il tient toutes les postures et n’a pas bu une gorgée d’eau depuis que nous sommes entrés dans la salle. Il me donne l’air minable et je le déteste.
12.44pm
Il me vient à l’esprit que s’il prenait l’envie à l’un d’entre nous de lâcher un pet, nous péririons tous.
12.52pm
La pièce avoisine maintenant les 60°C et les 100% d’humidité. Je suis couvert de transpiration des pieds à la tête. Je n’ai plus un millimètre de peau qui ne soit pas glissant et ruisselant de transpiration. Je suis si visqueux que j’ai l’impression d’être une otarie ou peut-être une anguille de mer. Même un piège à ours ne réussirait pas à m’attraper. La sueur me pique les yeux et je n’y vois plus rien.
12.55pm
La pièce empeste les asperges, le clou de girofle, le thon et les tacos. Il n’y a pourtant aucune trace de nourriture dans la salle. Je realise qu’il s’agit de la concentration des odeurs corporelles de 30 personnes réunies dans une même pièce chauffée à 60°C depuis les dernières 55 minutes. Non sans rire, assez avec les asperges, d’accord?
1.01pm
60°C et 130% d’humidité. Ecoute, espèce de garce, j’ai besoin d’espace alors pas la peine de t’énerver après moi sous prétexte que je t’ai accidentellement eclaboussé avec ma transpiration en me retournant. Non mais sans rire, c’est le chemin que va prendre notre relation? Remets-toi. Je crois qu’il nous faut un conseiller conjugal et qu’elle a besoin d’un traitement. Tout de suite!
1.09pm
65°C et nuageux. Et chaud. Je ne parviens plus à bouger mes membres. J’ai abandonné toute tentative de suivre les ordres que cette nana chinoise nous hurle dessus. Je vais rester immobile en attendant les secours. Je vais acheter cet immeuble et le faire raser.
Je perds connaissance.
1.15pm
J’ai mal à la tête et ma femme joue les garces égoïstes. Je n’arrive pas vraiment à respirer. Je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à la sensation d’avoir la bouche remplie de sable chaud. Je ne me rappelle pas ce qu’est un glaçon ni à quoi ressemble la neige. Je considère que ma seule option pour m’échapper serait de marcher en crabe jusqu’à la sortie en enjambant les corps de 15 personnes.
Je suis paralysé et ne pourrai vraisemblablement plus jamais marcher, ce qui rend l’idée de la fuite en crabe inenvisageable.
1.17pm
Je ne peux plus bouger du tout et n’arrive pas à atteindre ma bouteille d’eau. Est-ce que le fait de respirer est un acte conscient ou pas? Ca l’est, je suis foutu. Ca fait 20 minutes que j’ai arrêté de suivre le cours. Ho, madame! j’ai payé pour ce fichu cours, ok?! Tu bosses pour moi! Arrête de hurler sur tout le monde et raconte nous une hisoire à la place, ou quelque chose. C’est l’heure du goûter, ok?
1.20pm
Il fait maintenant 75°C et de l’humidité goutte du plafond. La serviette sur laquelle je suis allongé a désormais perdu toute propriété séchante ou absorbante. En fait, tout contact avec elle ne fait que mettre plus de sueur sur ma peau. Ma serviette schlingue. Je n’arrive pas à en identifier l’odeur mais pas moyen que ça vienne de chez moi. Quelqu’un a vaporisé ses relents sur ma serviette ou quoi?
1.30pm
La séance de torture s’achève. Je souhaite des choses horribles à l’instructeur. Elle nous autorise généreusement à rester nous « rafraîchir » dans la pièce. Il fait 65°C. Qui se rafraîchit à 65°C? Un dragon de Komodo? Ma femme a quitté la salle. Sûrement pour vomir.
1.34pm
Voilà enfin l’occasion pour moi de m’échapper. Je roule sur le ventre et pousse contre le sol pour venir à genoux. En m’éloignant du niveau du sol la chaleur est encore plus intense – probablement de 10°C. Disons qu’il fait au bas mot 90°C. Je rassemble mes dernières forces et me lève péniblement. Un pied devant l’autre. Vers la porte. Vers la porte.
1.37pm
La température à l’accueil est de 22°C. Mes deux tétons deviennent aussi dur que du diamant et mon pénis commence à se rétracter dans mon bas ventre à cause des  40°C d’écart de température. Je peux néanmoins respirer à nouveau, ce qui me réjouit. J’aperçois ma future ex-femme à l’accueil. Ce que nous avions était merveilleux mais je sais qu’aucun conseiller conjugal ne pourra faire oublier les tourments de la journée ni en réparer les dégâts.
1.47pm
Arrivée au Roi du Smoothie où je commande une boisson d’un litre. 402 calories, 0% de graisse et 14g de protéines – réduisant à néant tout bénéfice calorique accumulé lors des dernières 90 minutes. Je mets 3 minutes à le boire et passe les deux heures qui suivent à écrire cette annonce.
3.47pm
Je mets l’annonce en ligne tout en brûlant les deux derniers grammes de protéine du smoothie, juste avant d’être pris de tremblements dans tout le corps.
4.29pm
Note à moi-même : suite à la disparition de ma serviette mouillée, penser à checker la voiture…
Publicités

Tags:,

Catégories : Funny, Revue de presse

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :